les 20 ans

 

Merci à tout-es celles et ceux  venu-es partager avec nous un moment convivial pour les 20 ans de la librairie samedi dernier !

Publicités

Trois coups de coeur dans Télématin

Les écrivaines étaient à l’honneur ce matin, dans Télématin, avec trois ouvrages de la rentrée littéraire :

Le livre de Memory de Petina Gappah (JC Lattès)
– Station Eleven d’Emily St. John Mandel (Payot et Rivages)
– L’insouciance de Karine Tuil (Gallimard) 

20 ans!

Fondée en septembre 1996, la librairie Mot à Mot va fêter cette rentrée ses 20 ans !

A cette occasion, nous vous invitons à venir partager un moment convivial à la librairie, le samedi 24 septembre de 16h à 20h.

Au programme : lectures de textes et d’histoires pour petits et grands, chansons, jeux littéraires..
Valérie Haltebourg, comédienne et chanteuse fontenaysienne animera ce moment.

Au plaisir de vous y croiser!

invitation_20_ans_mot_a_mot

C’est la rentrée!

Et oui c’est déjà la rentrée!
La librairie est ouverte à nouveau depuis une quinzaine de jours, et la rentrée littéraire est arrivée.
560 nouveautés publiées pour ce cru 2016.. On vous a préparé une petite sélection :

 

Police, d’Hugo Boris (éditions Grasset)

Un soir d’été caniculaire, en plein incendie du CRA (centre de rétention administrative) du Bois de Vincennes, trois gardiens de la paix se retrouvent à devoir accomplir une tâche qui ne leur est pas habituelle : reconduire un étranger à la frontière.

Mais l’une d’entre eux comprend que l’homme qu’ils raccompagnent à l’aéroport est menacé de mort dans son pays d’origine. En quelques heures d’un huis clos tendu à l’extrême se déploie le suspense des plus grandes tragédies. De la légalité ou de la moralité, qui triomphera?

 


L’insouciance, de Karine Tuil aux éditions Gallimard

Romain Roller, lieutenant de retour d’une mission militaire en Afghanistan.
François Vély, charismatique entrepreneur franco-américain, fils d’un ancien ministre ancien résistant.
Marion Decker, jeune journaliste et écrivaine à l’enfance tourmentée.
Osman Diboula, ancien éducateur social devenu au lendemain des émeutes de 2005 une personnalité politique montante.

 

 


Lucie ou la vocation, de Maëlle Guillaud (éd. Héloïse d’Ormesson)

eho_guillaudc« Lucie est amoureuse. Éperdument. Mais pour imposer celui qu’elle a choisi, elle va devoir se battre. Ne pas céder face à l’incompréhension et à la colère des siens. Malgré les humiliations quotidiennes, les renoncements et l’ascèse, elle résiste et rêve d’absolu. Un jour, pourtant, le sacrifice qu’elle a durement payé est ébranlé par la découverte d’un secret. Le doute s’immisce. S’est-elle fourvoyée ou est-elle victime d’une manipulation ? »

Une quatrième couverture un peu mystérieuse, mais qui a le mérite de ne pas dévoiler le livre! Un premier roman sensible et juste, original par son thème. Une réussite.

 


Le bal mécaniqueLe Bal mécanique, de Yannick Grannec (éd. Anne Carrière)

« Un soir de 1929, la prestigieuse école du Bauhaus, à Dessau, a donné un bal costumé. C’était avant que les nazis ne dévorent l’Europe, c’était un temps où l’on pouvait encore croire au progrès, à l’Art et au sens de l’Histoire.
Pendant ce bal, une jeune femme, Magda, a dansé, bu et aimé.
Quel rapport avec Josh Shors, animateur à Chicago d’une émission de téléréalité dont le succès tapageur mêle décoration d’intérieur et thérapie familiale ? Quel rapport avec son père, Carl, peintre oublié qui finit sa vie à Saint-Paul-de-Vence, hanté par les fantômes de la guerre de Corée et les mensonges d’une enfance déracinée ? Quel rapport avec Cornelius Gurlitt, cet homme discret chez qui on a découvert en 2012 la plus grande collection d’art spoliée par le IIIe Reich ? Quel rapport avec le marchant d’art Theodor Grenzberg, qui poursuit sa femme, Luise, dans la folle nuit berlinoise ? Quel rapport avec Gropius, Klee, Rothko, Marx, Scriabine, l’obsession de la résilience et Ikea ?
Un siècle, une famille, l’Art et le temps. Vous êtes invités au Bal mécanique. »

Après La Déesse des petites victoires, Yannick Grannec nous plonge dans un tout autre univers, celui de l’Art, au travers de cette fresque familiale très réussie.

 


14 juillet d’Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

14 Juillet

« La prise de la Bastille est l’un des évènements les plus célèbres de tous les temps. On nous récite son histoire telle qu’elle fut écrite par les notables, depuis l’Hôtel de ville, du point de vue de ceux qui n’y étaient pas. 14 Juillet raconte l’histoire de ceux qui y étaient. Un livre ardent et épiphanique, où notre fête nationale retrouve sa grandeur tumultueuse. »

Eric Vuillard nous offre un récit historique exemplaire où l’on voit enfin l’Histoire avec les yeux de celles et ceux qui l’ont faite.

 

 


L’archipel d’une autre vie, d’Andreï Makine (Seuil)

« Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire…
Qui est donc ce criminel aux multiples visages, que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ?
C’est l’aventure de cette longue chasse à l’homme qui nous est contée dans ce puissant roman d’exploration. C’est aussi un dialogue hors du commun, presque hors du monde, entre le soldat épuisé et la proie mystérieuse qu’il poursuit. Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée. La chasse prend une dimension exaltante, tandis qu’à l’horizon émerge l’archipel des Chantars : là où une « autre vie » devient possible, dans la fragile éternité de l’amour. »

 


La succession de Jean-Paul Dubois (éditions de l’Olivier)

« Paul Katrakilis vit à Miami depuis quelques années. Il a beau y avoir connu le bonheur, rien n’y fait : il est complètement inadapté au monde. Même le jaï-alaï, cette variante de la pelote basque dont la beauté le transporte et qu’il pratique en professionnel, ne parvient plus à chasser le poids qui pèse sur ses épaules. L’appel du consulat de France lui annonçant la mort de son père le pousse à affronter le souvenir d’une famille qu’il a tenté en vain de laisser derrière lui.
Car les Katrakilis n’ont rien d’une famille banale : le grand père, Spyridon,La Succession médecin de Staline, a fui autrefois l’URSS avec dans ses bagages une lamelle du cerveau du dictateur; le père, Adrian, médecin lui aussi, était un homme insensible, sans vocation ; l’oncle Jules et la mère, Anna, ont vécu comme mari et femme dans la grande maison commune. En outre, cette famille semble, d’une manière ou d’une autre, vouée passionnément à sa propre extinction.
Avec La Succession, Jean-Paul Dubois nous livre une histoire bouleversante où l’évocation nostalgique du bonheur se mêle à la tristesse de la perte. On y retrouve intacts son élégance, son goût pour l’absurde et la liste de ses obsessions. »

 


Anna de Niccolo Ammaniti, chez Grasset

« Sicile, 2020. Un virus mortel, « la Rouge », a déferlé sur l’Europe quatre ans auparavant et décimé la population adulte ; les jeunes, eux, sont protégés jusqu’à l’âge de la puberté. Anna se retrouve seule avec Astor, son petit frère de quatre ans.
Elle doit affronter le monde extérieur avec ses cadavres, ses charognards, ses chiens errants et affamés, l’odeur pestilentielle, pour trouver, quand il en reste, des médicaments, des bougies, des
piles, des boîtes de conserve, avec comme unique guide dans cette lutte pour la survie, le cahier d’instructions que lui a légué leur mère avant d’être emportée par la maladie.
Lorsqu’Astor disparaît, Anna part à sa recherche, prête à défier les bandes d’enfants sauvages qui errent à travers les rues désertes, les centres commerciaux et les bois. Mais l’ordre appartient au passé et les règles d’autrefois ont été oubliées. Pour réussir à sauver Astor, Anna va devoir en inventer de nouvelles, parcourant ce monde à l’abandon où la nature a repris ses droits, ne laissant que les vestiges d’une civilisation qui a couru à sa propre perte.
Une véritable odyssée des temps modernes où s’entremêlent lumière et ténèbres, un duel permanent entre la vie et la mort. »


Station Eleven, Emily ST. JOHN MANDEL, éditions Payot et Rivages

« Dans un moStation-elevennde où la civilisation s’est effondrée suite à une pandémie foudroyante, une troupe d’acteurs et de musiciens nomadise entre de petites communautés de survivants pour leur jouer du Shakespeare. Un répertoire qui en est venu à représenter l’espoir et l’humanité au milieu de la désolation. »

Un très  bon roman d’anticipation, par l’auteure des Variations Sebastian.

 


Le livre de Memory, de Petina Gappah (JC Lattès)

« Enfermée dans le couloir de la mort, pour un crime qu’elle n’a pas commis, Memory se souvient : son enfance joyeuse dans le township près d’Harare (au Zimbabwe), où la nuit les sorcières mangent les enfants. Son attachement pour cet homme blanc, mystérieux et érudit, qui lui a donné une éducation et l’amour des livres…
Désormais, Memory partage ses interminables journées avec Verity et Jimmy, l’arnaqueuse et la prostituée. Entre rire et émotion, le passé resurgit et éclaire son improbable destin.
D’une écriture étincelante, mélodique, ce roman plonge le lecteur dans un monde de mystères, de dérisions et d’énergie vitale. »

Un roman puissant, émouvant, aux personnages attachants.


Elisa Shua Dusapin, Hiver à Sokcho aux éditions Zoé

« À Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n’est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration depuis sa Normandie natale. C’est l’hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l’encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes. Ce roman délicat comme la neige sur l’écume transporte le lecteur dans un univers d’une richesse et d’une originalité rares, à l’atmosphère puissante. »

Un premier roman tout en finesse.

 

 

Pour finir, quelques chouettes sorties en poche ces jours-ci :

Profession du père de Sorj Chalandon
Le Complexe d’Eden Bellwether deBenjamin Wood
Juste avant l’oubli d’Alice Zeniter
Perfidia de James Ellroy
La septième fonction du langage de Laurent Binet
Le royaume d’Emmanuel Carrère
Danser les ombres de Laurent Gaudé

Pas le temps de lire en ce moment avec la rentrée scolaire?
Déposez nous votre liste de livres scolaires et cahiers d’activités (TD et autres workbook) : on s’occupe de tout!

Bonne rentrée à toutes et tous!