Rencontre-dédicace avec Valère Staraselski

Ce samedi 2 juillet, Valère Staraselski sera à la librairie pour présenter et dédicacer ses livres de 16h30 à 18h30.

bandeau

 

 

Publicités

Trois coups de coeur dans Télématin

Ce matin dans Télématin sur France 2 pour parler de trois coups de cœur pour l’été:

  • A l’orée du verger de Tracy Chevalier, Editions Quai Voltaire
  • Tokyo Vice de Jake Adelstein, Editions Marchialy
  • Amours de Léonor de Récondo, Editions Points

 

LES LIVRES

À L’ORÉE DU VERGER
Tracy Chevalier
Ed. Gallimard (2016)
Trad. de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff

En 1838, dans l’Ohio, la famille Goodenough s’installe sur les terres marécageuses du Black Swamp, dans l’Ohio. Chaque hiver, la fièvre vient orner d’une nouvelle croix le bout de verger qui fait péniblement vivre cette famille de cultivateurs de pommes. Tandis que James, le père, tente d’obtenir de ces terres hostiles des fruits à la saveur parfaite, la mère, Sadie, en attend plutôt de l’eau-de-vie et parle à ses enfants disparus quand elle ne tape pas sur ceux qui restent.

Quinze ans et un drame plus tard, leur fils Robert part tenter sa chance dans l’Ouest. Il sera garçon de ferme, mineur, orpailleur, puis renouera avec la passion des arbres en prélevant des pousses de séquoias géants pour un exportateur anglais fantasque qui les expédie dans le Vieux Monde. De son côté, sa sœur Martha n’a eu qu’un rêve : traverser l’Amérique à la recherche de son frère. Elle a un lourd secret à lui faire partager…

TOKYO VICE
Jake Adelstein
Ed. Editions Marchialy(2016)
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cyril Gay

Quand Jake Adelstein intègre en 1993 le service Police-Justice du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shinbun, il n’a que 24 ans et il est loin de maîtriser les codes de ce pays bien différent de son Missouri natal. À Tokyo, il couvre en étroite collaboration avec la police les affaires liées à la prostitution et au crime organisé. Pour cela, il n’hésite pas à s’enfoncer dans les quartiers rouges de la capitale, dans les entrailles du vice et de la décadence. Approché par les yakuzas, il devient leur interlocuteur favori tout en restant un informateur précieux pour la police. Une position dangereuse, inédite et ambivalente, aux frontières du crime, qui incite Jake Adelstein à entrer dans un jeu dont il ne maîtrise pas les règles.

À mi-chemin entre le polar mafieux et l’enquête journalistique, Tokyo Vice est aussi le roman initiatique d’un jeune journaliste américain à Tokyo qui nous livre, avec beaucoup d’humour, un témoignage nerveux sur l’envers de la société nippone.

AMOURS
Léonor de Récondo
Ed. Points (2016)

Tandis que son épouse dort paisiblement, Anselme le notaire abuse de Céleste, la jeune bonne, qui tombe enceinte. Pour sauver l’honneur de tous, Victoire décide d’adopter l’enfant. Mais elle n’a pas la fibre maternelle, et le nouveau-né dépérit. En cachette, Céleste va tendrement prendre soin de son petit. Une nuit, Victoire les rejoint dans la chambre sous les combles…Née en 1976, Léonor de Récondo est violoniste et écrivain. Elle se produit avec de nombreuses formations et enregistre des CD et DVD. Elle est l’auteure de Rêves oubliés et Pietra viva, disponibles en Points

http://www.france2.fr/emissions/telematin/diffusions/17-06-2016_494271

 

 

Rencontre-dédicace avec Philippe Torreton

Diapositive1

 

Philippe Torreton viendra dédicacer son nouveau livre « Thank you, Shakespeare! »
le samedi 25 juin à partir de 16h30 à la librairie.

« Lire Shakespeare, c’est lire le monde.
J’adorais ça : ces rois et ces reines inconnus, ce théâtre qui allait voir au-dehors, qui ne s’arrêtait pas aux portes capitonnées d’un salon …
Je voulais tout jouer, Roméo ET Juliette, je n’arrivais pas à me décider. J’étais un athlète de l’art dramatique, prêt à en découdre. Je pouvais mourir d’amour, envahir la France, renier mes filles, réclamer un cheval, voir une forêt bouger, tuer ma femme dans son lit, j’étais prêt. »

De l’éblouissement de ses premières lectures au souvenir vivace des grands rôles qui ont marqué sa vie, Philippe Torreton nous livre « son » Shakespeare. Tout à tour intime, touchant et drôle, il transmet avec délicatesse sa passion pour le plus grand des dramaturges, qui, à quatre siècles de distance, s’adresse encore à chacun d entre nous.